Je le trouve où mon « poisson écologique » ?

 

Véritable casse-tête que de manger du poisson écologique!

 

C’est quoi du « poisson écologique » ?

Tout d’abord, quelques informations plus globales, pour comprendre et définir ce qu’est le « poisson écologique ».

L’ONU a défini 17 objectifs de développement durable (ODD) dans son Agenda 2030 (lien en fin d’article).

Le 14ème est : la Vie Aquatique

 

L’objectif est de « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable », pour faire simple rendre le poisson écologique

Vaste programme alors même que l’on est encore assailli d’images bien réelles de chalutiers qui détruisent les fonds marins, de sacs plastiques dans les entrailles de soles ou de rougets et de poissons clowns qui trouvent refuge dans un bidon plastique de 5 litres…

Alors pour moi le poisson écologique, ce serait du poisson qui soit garant du développement durable des océans.

 

Au fait on en est où de la situation dans les océans ?

Petit rappel sur la situation alarmante actuelle de l’état du poisson dans nos océans :

  1. La moitié des stocks mondiaux sont en limite maximale d’exploitation
  2. Un quart de ces stocks sont soit en cours d’effondrement ou carrément déjà épuisés

et puis il y a la pollution plastique dans les océans aussi

Il y en a où du poisson écologique ?

        • Heu partout mais nulle part en fait…
        • et il est forcément vert du coup ?!

 

Pas simple en fait, même s’il est vrai que les supermarchés, restaurants, émissions culinaires foisonnent de poissons, coquillages et crustacés.

Le poisson écologique ou pas est mis en avant pour ses qualités nutritives, oméga 3, alternative à la viande, régime végétarien…

Pour autant compte tenu de la profusion de l’offre, difficile de s’y retrouver, quand bien même nous voudrions bien faire!

A notre niveau, on fait comment pour manger du poisson écologique?

 

Comme toujours, du mieux qu’on peut comme d’habitude en essayant de se donner 2/3 règles à suivre

 

Privilégier du poisson avec le label « Pêche Durable » (signe de qualité qui valorise la pêche durable, validé par le Ministère de l’agriculture et qui certifie aux consommateurs que ces produits de pêche répondent à des exigences environnementales, économiques et sociales°. Même si les labels sont remis en cause (lobby, conditions d’attribution, critères) ils ont le mérite de nous faire nous interroger.

 

 

On évite le poisson tropical, celui là quand on habite en métropole, on sait que ce n’est pas un poisson écologique ! Donc, on privilégie la gambas locale ou d’élevage bio plutôt que la crevette jumbo qui vient de l’autre bout du monde !

Aller à la rencontre des professionnels c’est le top! On interroge son poissonnier sur la saisonnalité des poissons du coin.

 

 

 

On va sur les ports quand on peut pour voir, questionner, comprendre. Mon père adore ça, j’ai passé pas mal de temps l’été au bord de l’Océan Atlantique à regarder des bateaux déchargés leurs caisses de poissons pour les emmener à la Criée!

 

Et si on se mettait à la pêche aussi si on peut! On se renseigne bien avant d’y aller (règlementation, matériel …) et comme pour le passage au zéro déchet on ne s’enflamme pas sur l’équipement ! Tranquille sur les bottes, le ciré, la marinière et la canne à pêche de compétition!

 

 

A mon sens, végétaliser plusieurs fois par semaine son assiette, est aussi une des bonnes solutions pour réduire son empreinte carbone. En effet, comme ça on mange moins de poisson (et de viande aussi). L’idée comme souvent est de consommer moins mais mieux.

 

On jette un œil du côté des alternatives au supermarché, où là le poisson écologique a la part belle :

    • @poiscaillefr qui est la version « océan » du panier de légumes hebdo
    • Et localement @cotefish situé au Grau du Roi

 

A lire pour aller plus loin :

Objectifs de développement durable : 17 objectifs pour transformer notre monde | Nations Unies

BLOOM Association Surpêche et pêche durable – BLOOM Association

 

Aline Coquoin Guéridon

Autrice, formatrice, conférencière, et créatrice de Green Me More, un média pluridisciplinaire pour permettre à chacun de démarrer sa transition vers la réduction des déchets.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NEWSLETTER
Prêt à vous former aux bonnes pratiques ?

NEWSLETTER

Prêt à vous former aux bonnes pratiques ?

Abonnez-vous et recevez l'actu Green Me More avant tout le monde !

Merci pour votre confiance. N'oubliez pas de confirmer votre inscription via l'e-mail que vous allez recevoir (Gmail - Vérifier onglet Promotions)